Quel est le traitement de l’herpès génital ?

Le traitement de l’herpès génital ne guérit pas la maladie. Le virus ne peut pas être éliminé de l’organisme, mais il permet de réduire la durée des symptômes et de soulager la gêne. Il est important que le traitement soit commencé dans les 5 jours suivant l’apparition des premières lésions dans la région génitale.

En général, l’urologue ou le gynécologue prescrit l’utilisation de certains comprimés d’antiviraux tels que l’Acyclovir, le Famciclovir ou le Valacyclovir.
La durée du traitement dépendra du médicament indiqué par le médecin et de la dose, mais en général il doit être effectué entre 7 et 10 jours. En outre, le médecin peut également indiquer l’utilisation d’une pommade contenant les mêmes ingrédients actifs.

Traitement de l’herpès génital

Traitement de l’herpès génital récurrent

Le traitement de l’herpès génital récurrent peut se faire avec l’utilisation d’antiviraux tels que le Zovirax ou le Penciclovir lorsque le patient présente moins de 6 épisodes par an. Il doit être utilisé lorsque des symptômes de picotements apparaissent dans la région génitale, évitant ainsi l’apparition de plaies.

Toutefois, lorsqu’il y a plus de 6 épisodes par an ou lorsque les symptômes sont très graves, le médecin peut prescrire un traitement de l’herpès avec des comprimés d’acyclovir pendant une période allant jusqu’à 12 mois, ce qui réduit les chances de transmission et l’apparition des symptômes.

Pommade contre l’herpès génital

Bien qu’elles puissent être utilisées, les pommades antivirales pour l’herpès génital ne doivent pas être le premier choix de traitement.  Elles ne pénètrent pas correctement la peau et peuvent ne pas provoquer l’effet attendu. Par conséquent, le traitement doit commencer par des comprimés d’antiviraux pour diminuer la gravité de l’infection et seulement après cela, une pommade doit être associée pour tenter de faciliter la guérison. La plupart du temps, les pommades antivirales contiennent de l’acyclovir et doivent être appliquées dans la région jusqu’à 5 fois par jour.

En plus de ces pommades, le médecin peut également prescrire des crèmes anesthésiantes contenant de la lidocaïne pour diminuer la douleur et l’inconfort causés par les lésions. Ces crèmes doivent être utilisées sous surveillance médicale et l’utilisation d’anesthésiques contenant de la benzocaïne doit être évitée, car ils peuvent aggraver les blessures.

Soins pendant le traitement

En plus du traitement médical, il est important de maintenir certains soins pendant le traitement, notamment pour éviter d’infecter les autres et pour soulager les symptômes :

  • Évitez les contacts intimes en présence de lésions, y compris en utilisant un préservatif, car cela ne protège pas l’autre personne des sécrétions libérées
  • Lavez la région affectée avec du sérum physiologique et, si nécessaire, utilisez un savon avec son propre pH pour la région intime
  • Utilisez des sous-vêtements en coton et évitez de porter des vêtements serrés, pour permettre à la peau de respirer et éviter l’accumulation d’humidité dans la région
  • Buvez beaucoup de liquides tels que de l’eau, du thé ou de l’eau de coco
  • Évitez de partager des objets qui ont été en contact avec les blessures
  • Un autre soin qui peut aider, principalement en cas de miction douloureuse, est d’uriner en immergeant les parties génitales dans de l’eau chaude, ou dans le cas des femmes, d’ouvrir les lèvres en grand pour que l’urine n’entre pas en contact avec les plaies

Traitement naturel de l’herpès génital

Un excellent traitement naturel contre l’herpès génital qui peut compléter le traitement prescrit par votre médecin est un bain génital à la marjolaine ou à l’hamamélis. Ces plantes médicinales ont des propriétés analgésiques, anti-inflammatoires et antivirales qui aident à combattre le virus de l’herpès et facilitent la guérison.

Traitement de l’herpès génital pendant la grossesse

Le traitement de l’herpès génital pendant la grossesse doit être suivi par l’obstétricien. Généralement, il prescrira un antiviral comme l’Acyclovir qui n’a pas d’impact sur le foetus. Si la femme enceinte présente des symptômes d’herpès récurrent pendant la grossesse, le traitement est commencé à partir de la 36e semaine de grossesse jusqu’à l’accouchement. En revanche, si la femme enceinte est infectée pour la première fois pendant la grossesse, le traitement doit être effectué pendant le reste de la grossesse. L’obstétricien proposera généralement une césarienne pour éviter de transmettre le virus au bébé. Dans le cas d’une femme enceinte souffrant d’herpès récurrent, l’accouchement peut se faire normalement si la femme n’a pas de lésions vaginales, car le risque de transmission de l’infection est faible.

Lorsque le traitement n’est pas correctement effectué, le virus de l’herpès peut être transmis au bébé, provoquant l’herpès néonatal, une infection qui peut affecter le système nerveux central et mettre la vie du bébé en danger.

Quels sont les signes d’amélioration ?

Les signes d’amélioration de l’herpès génital peuvent apparaître dès le cinquième jour de traitement. Ils comprennent une diminution de la douleur et la cicatrisation des plaies dans la région intime du patient.

Quels sont les signes d’aggravation ?

Lorsque le traitement n’est pas bien fait, il peut y avoir un gonflement et une rougeur de la région génital. Les plaies peuvent également s’inflammer et devenir purulentes. En outre, l’herpès génital peut être tranmis à d’autres régions du corps lorsque la personne ne se lave pas les mains après avoir touché la région intime. Avoir une hygiène intime irreprochable est nécessaire pour guérir d’un herpès génital.

Quelles sont les complications possibles ?

La principale complication de l’herpès génital est l’infection des plaies lorsque les soins prodigués pendant le traitement ne sont pas correctement effectués. Lorsque cela se produit, la personne doit se rendre à l’hôpital car un traitement supplémentaire peut être nécessaire. En outre, lorsque la personne a des contacts intimes sans préservatif et sans que les blessures aient cicatrisé, il y a un risque élevé de contracter le VIH et d’autres maladies sexuelles, si le partenaire est infecté.