magazine
Publié le - 1033 v. -

L’évolution de l’artillerie des vaisseaux par Napoléon

Le nombre de fois où il a été affirmé que Napoléon s’est totalement désintéressé de la marine qui est pourtant inexacte (FR-Tézé). A titre d’exemple, Napoléon connaissait les noms des différents navires armés amarrés dans  chaque port et ne cessait de proposer de nouvelles idées au ministre de la marine, l’amiral Decrès. François-Régis Tézé, passionné de l'histoire napoléonienne partage avec l'évolution de l'artillerie des vaisseaux.

Lettre de Napoléon à son ministre datant du 25 mars 1805

Source (site troisponts.wordpress.com)

« Je vous ai plusieurs fois parlé de mon projet d’armer les vaisseaux avec des canons de même calibre : pour armer un vaisseau de 74, par exemple, il faudrait, en laissant l’armement actuel à la batterie basse faire faire dans une de vos meilleures fonderies des caronades de 36, du même poids que les pièces de 18 pour la batterie haute et des caronades du même calibre pour les gaillards, du poids des pièces que l’on y met actuellement ; les calibres de 12, 8 et 6 ne sont bons que pour les bricks. Toute la difficulté est d’adopter un bon plan de caronade. Dans cette guerre, les Anglais sont les premiers qui se soient servis des caronades et partout ils nous font grand mal. Je suis persuadé qu’un vaisseau armé ainsi aurait un avantage incalculable sur un vaisseau armé à l’ordinaire. »

Dans cette lettre, Napoléon décide d’armer les vaisseaux avec des caronades et des canons de même calibre.

  • Armer les vaisseaux avec des caronades

Si le vaisseau a bien connu une évolution au fil des années, ce n’était pas le cas de son artillerie qui fonctionnait depuis 150 ans de la même manière (François Régis TZ). La France disposait de son artillerie d’une gamme de calibres distincts par le poids en livres de leurs projectiles, des boulets massifs en fer. Cette technique resta le même jusqu’à l’arrivé de Napoléon au pouvoir qui décida de moderniser les choses pour faire face à la caronade anglaise. Ainsi, en 1786, bien avant la révolution la Marine française adopte l’obusier de vaisseau pour armer les gaillards des navires dans l’utilisation des obus projectiles sphériques explosifs. Mais, l’utilisation de l’obus est vite abandonnée, considéré comme dangereux pour ses utilisateurs.

Il faut attendre l’avènement de Napoléon Bonaparte et de son ministre pour abandonner complètement l’obusier au profit de la caronade en fer. L’utilisation des caronades continuent leur développement jusqu’à la restauration.

Vous trouverez l’intégralité de l’article surtroisponts.wordpress.com

Tézé François Rgis

Soumettez un avis à propos cette rédaction

Les publications similaires de "Belg'actu"

  1. 28 Juin 2017Création entreprise : les étapes essentielles à suivre minutieusement226 v.
  2. 7 Juin 2017Notre avis sur les jacuzzis vendus en France232 v.
  3. 8 Mai 2017A quoi peut servir un marque place durant un mariage ?627 v.
  4. 6 Fév. 2017Les belges donnent un avis favorable sur les spas de Tropicspa606 v.
  5. 5 Fév. 2017Patrick Piard va bientôt faire une tournée en Belgique280 v.
  6. 20 Déc. 2016On vous informe pour trouver un ramoneur à Mons861 v.
  7. 3 Sept. 2016La répération d'un chauffe-eau est possible selon le problème686 v.
  8. 3 Sept. 2016Un boiler peut se réparer à quelques conditions408 v.